Manifestation "Vottem, 18 ans, je ne l’accepte toujours pas!"

Manifestation le dimanche 26 mars : rassemblement dès 14H rue des Glacis, Citadelle, à Liège, et marche jusqu’au centre fermé pour étrangers de Vottem

À l’heure où l’Union Européenne ferme ses frontières, bafoue le droit d’asile et la liberté de circulation, à l’heure où le gouvernement belge traque ceux qui ont cherché accueil ici, et durcit sa politique d’enfermement et d’expulsion, soyons nombreux à résister!

Appel du Cracpe (Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers)

Théo Francken, Secrétaire d’Etat à l’asile et à la migration est content ! Suite au verdict de la Cour Européenne de Justice, la Belgique peut continuer à refuser de délivrer des visas humanitaires aux familles syriennes, ou autres, qui en feraient la demande. Il est aussi très satisfait parce que le nombre de demandes d’asile en 2016 a diminué de moitié par rapport à 2015. Nous, nous sommes révoltés ! Parce que nous savons que c’est parce que toutes les frontières sont fermées, plus encore depuis le récent accord entre l’Union Européenne et la Turquie, et parce que l’on refuse les visas, que les migrants risquent leur vie à chaque étape de leur parcours !

La politique menée par Théo Francken, soutenue par le gouvernement, a également pour objet de renforcer la criminalisation de l’étranger. Auprès de l’opinion publique, Théo Francken évoque la chasse aux délinquants d’origine étrangère pour justifier 1000 expulsions supplémentaires chaque année. Cette manipulation a pour but de séduire l’électorat, tenté par le populisme ou l’extrême droite.

Il oublie de dire que c’est tout étranger sans titre de séjour qui risque l’enfermement et l’expulsion, tous ceux qui sont victimes des politiques restrictives en matière d’asile et d’immigration de nos gouvernement successifs, et qui n’ont eu d’autre choix que de rester ici parce qu’ils sont en danger, en insécurité dans leur pays.

Cette politique répressive s’aggrave aujourd’hui, une loi prévoit d’expulser des personnes qui ont un titre de séjour, qui sont peut-être même nées ici, et qui auraient porté atteinte à l’ordre public. En manifestant par exemple ? Et tant qu’à faire Théo Francken propose de sanctionner les avocats qui, défendent toutes ces personnes, par, c’est bien connu, des procédures abusives…

Pour augmenter le nombre d’expulsions, il ne s’attaque pas seulement aux demandeurs d’asile déboutés. Il considère par exemple toute demande de regroupement familial comme suspecte: tout mariage mixte est dit “blanc”, et les bébés des couples mixtes deviennent des “bébés papiers” … Quant à ceux qui oseraient encore demander la régularisation, même s’ils peuvent s’attendre à une réponse négative, ils doivent maintenant payer jusqu’à 350 euros pour introduire un dossier!

Le plus grave: Théo Francken veut réenfermer les familles et enfants; il a comme projet de faire construire des pavillons à côté du 127 bis à Steenokkerzeel, sous les avions qui décollent chaque minute. Nous nous sommes battus contre l’enfermement des enfants, et depuis 2008, les enfants ne sont plus dans les centres fermés. Le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe interpelle sur les “dommages” résultant d’une détention pour les enfants, déjà dénoncés par le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Comme chaque année, par notre manifestation, nous voulons rappeler que chaque centre fermé pour étrangers reste une prison conçue pour briser la résistance face à l’expulsion, ce qui implique une violence au quotidien. Et pour ceux considérés comme “ingérables”, une aile spéciale a été ouverte à Vottem depuis juillet 2014, suite à une décision du précédent gouvernement: pour ceux qui se rebellent, ou des grands malades qui devraient être soignés dans une institution adéquate… Cette section permet de maintenir en isolement des personnes pendant des semaines, ceux qui y sont enfermés l’appellent la “prison dans la prison” !

Lorsque cela ne suffit pas, il y a le vrai « cachot », comme celui où Batha, jeune homme originaire d’Azerbaïdjan, a trouvé la mort ce jeudi 2 mars à Vottem. L’Office des Etrangers évoque le vécu de cet homme : auto-mutilations, problèmes psychiatriques… pour justifier ce placement au cachot. Selon nous, dans cette situation, le placement au cachot signifie : non assistance à personne en danger.

Ils étaient 160.000 à Barcelone le 18 février, pour dire « on veut accueillir ! ». Soyons nous aussi très nombreux à Liège ce 26 mars !

  • suppression des centres fermés pour étrangers
  • arrêt des expulsions
  • pour une politique d’asile et d’immigration qui respecte les Droits Humains
  • régularisation des sans papiers

Une initiative du CRACPE, Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers, en collaboration avec :
APED (Appel Pour une Ecole Démocratique/ ATTAC Liège/ Barricade asbl/ CADTM, Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde/ CAL, Centre d’Action Laïque de la Province de Liège/CALIF asbl/ Casa Nicaragua asbl/ Centre Poly Culturel Résistances/ CHOC, Collectif Herstalien d’Opposition aux Centres Fermés/ COMAC/ Coopérative politique VEGA/ CSC Liège-Huy-Waremme/ECOLO /Etudiants de Gauche Actifs/ Fédération des Résistances/ Fédération liégeoise du Parti Communiste/ FGTB Liège-Huy-Waremme/ Form’Anim/FPS-Réseau Solidaris/ Groupe Montois de Soutien aux Sans-Papiers/ La Zone/ LCR-SAP/ Le Monde des Possibles asbl/ LîDjibouti/ Marche des Migrants de la Région du Centre/ MOC Liège-Huy-Waremme/ mpOC, mouvement politique des Objecteurs de croissance/ Mrax/ Point d’Appui asbl/ PSL / PTB/ Territoires de la Mémoire asbl/ Travailleurs Sans-Papiers (CSC)/ Vie Féminine/ Vivre Solidaire asbl/ Voix des Sans Papiers de Liège…

Contact : cracpe@skynet.be et permanence téléphonique : 04 232 01 04, du lundi au vendredi de 17 à 18H30. Inscrivez vous dans notre groupe facebook : “le nouveau groupe du CRACPE

 

Print Friendly