Le comité des femmes sans-papiers manifeste à Bruxelles

Femmes_SP_blocEGA

Le temps était exécrable, mais quelques centaines de personnes se sont tout de même réunies à l’appel du Comité des femmes sans-papiers à Bruxelles pour une manifestation combattive en faveur des droits des femmes et du droit de chacun à bénéficier d’une vie digne, avec de bonnes conditions de vie, de bons logements, un emploi décent et des services publics accessibles à tous.

Les femme sans-papiers sont plus particulièrement frappées par la politique actuelle. Elles n’ont nulle part où se rendre pour porter plainte et sont plus facilement proies à la violence et à l’exploitation sexuelle. Le nombre de victimes de violences sexuelles parmi les femmes sans-papiers est très élevé. Et le secrétaire d’Etat à l’asile et à la migration Theo Francken a encore le culot de parler de cours de respect des femmes… En maintenant les femmes sans-papiers dans l’illégalité, la politique gouvernementale les expose aux violences et aux abus.

Comme l’une d’entre elles l’a expliqué à la presse : “C’est comme si on n’existait pas. Nos situations de femmes sont peu prises en compte par l’Office des étrangers. On n’a pas le droit de travailler. Pour une femme c’est difficile de s’en sortir, alors imaginez si elle est sans-papiers. Si une femme sans-papiers subit des violences, il lui sera difficile de demander de l’aide. Elles craignent de s’adresser à la police, car elles ont peur de se faire arrêter et expulser. Elles ont pour les mêmes raisons peur de demander une aide médicale. Elles ont fui des violences faites aux femmes et elles font face ici à une violence sociale.”

la manifestation est partie de la gare centrale pour se rendre au centre de Saint-Gilles (le bourgmestre Charles Picqué avait d’ailleurs eu bien du mal à autoriser cette destination). Comme nous l’avons expliqué dans le tract distribué à cette manifestation : “Dans le combat contre l’austérité et l’exploitation, nos meilleurs alliés sont les autres victimes de ce système de plus en plus inégalitaire. Il faut lutter pour la régularisation de tous les sans-papiers afin qu’ils puissent disposer des mêmes droits que les autres travailleurs et qu’ils ne puissent plus être instrumentalisés pour diminuer les conditions de vie de l’ensemble. Parallèlement, il nous faut lutter collectivement contre toute forme de sexisme, pour des logements abordables, des services publics de qualité et des emplois et des revenus décents permettant l’indépendance financière des femmes.”

Photos de Nico :

Manif comité des femmes sans-papiers // Nico

Photos de Liesbeth : Betoging vrouwencomité mensen zonder papieren // Liesbeth

Print Friendly, PDF & Email