La grève, est-ce que c'est dépassé ?

ega_greve24Avant les vacances, un sentiment anti-grèves s’est propagé via les médias, à travers toute la Belgique. Ces actions impactent, entre autres, les secteurs publics (comme les transports en commun) et on entend dans la presse qu’ils nuisent au quotidien de la majorité de la population. Reste à démontrer en quoi les intérêts des militants en grève rejoignent ceux des gens ordinaires et quel rôle les jeunes peuvent apporter.

Etudiants de Gauche Actifs – Mons

C’est quoi une grève ?

Une grève est un arrêt organisé et collectif du travail, souvent à l’initiative des syndicats, contre des mesures antisociales (austérité, licenciement collectif…) prises par le gouvernement et/ou le patronat, mais aussi pour de nouvelles conquêtes sociales. En effet, au cours de l’histoire, le moyen d’action le plus efficace trouvé par les travailleurs est la grève. Elle a permis d’obtenir de meilleures conditions de travail : la semaine de 40 heures, l’augmentation des salaires, l’interdiction du travail des enfants,… Nous vivrions toujours au 19ème siècle sans ses luttes ! Mais si nous ne faisons rien aujourd’hui, nous y retournerons.

Un gouvernement pro-riches !

Pour faire passer les mesures anti-sociales, l’État affirme, à chaque fois, que la compétitivité des entreprises est à accroître à tout prix. Que c’est pour notre bien. Mais bien sûr ! En fait, ça veut dire que les travailleurs, dans chaque pays et entreprise, doivent se plier à la concurrence mondiale au détriment de notre train de vie. Le gouvernement permet aux grosses entreprises de ne pas ou presque pas payer d’impôts, par exemple avec les intérêts notionnels (exemption d’impôts) et les zones franches (zone sans impôts et avec plein d’avantages pour les super riches) avec comme argument que ça va créer de l’emploi, mais on n’en voit pas la couleur… Il privatise aussi certains services publics pour accroître les profits des plus riches.

Cela démontre bien que le capitalisme n’a plus rien à nous offrir et donc la légitimité de notre entrée en lutte. Chacun possède sa propre force : les 1% de supers-riches ont les médias, les politiciens et l’argent ; les 99% (nous) ont leur nombre. Les mouvements collectifs peuvent donc être efficaces si nous comptons sur notre propre force : des actions collectives des travailleurs et des jeunes (manifestations, grèves,…).

Et les étudiants là-dedans ?

Les grèves ne sont en aucun cas « d’un autre temps » comme on aimerait nous le faire croire dans les médias. Toute grève se déploie lorsqu’une injustice se présente, elle vise à mettre fin à l’exploitation. Ne rien faire n’est pas envisageable. Et les grèves étudiantes ne sont pas à ignorer, ce sont le temps et les moyens donnés dans la grève qui donnent leur force aux grèves étudiantes. Les jeunes ont une grande capacité de mobilisation. Mais allié aux travailleurs qui peuvent mettre l’économie à l’arrêt comme lors de mai 68 (10 million de travailleurs en grève) et avec des méthodes démocratiques, cela peut rendre le mouvement invincible !

Tous ensemble, mobilisons-nous !

Sous le capitalisme, une minorité de personnes détient les moyens de production (usines, entreprises,…). Ainsi, notre travail est notre unique ressource et le patron a d’emblée le dessus. Nous avons des intérêts opposés au patronat car, entraîné dans la course au profit et la compétitivité mondiale qu’elle produit, il tendra toujours vers la diminution des salaires, les licenciements,… La grève est le seul outil majeur pour faire face à ce système qui ne profite qu’à une petite minorité de super-riches sur une majorité. En solidarité, lors de la prochaine grève, fais la tournée des piquets avec nous !

Print Friendly, PDF & Email