Bruxelles : Retour sur les luttes dans les écoles

EGA_01Le 6 novembre dernier, la manifestation syndicale a ramené énormément de monde, d’horizons très divers. Il y avait des ouvriers, des pompiers, des dockers, des enseignants, des chercheurs, etc. Mais il y avait aussi de nombreux jeunes et étudiants. Et notamment des étudiants du secondaire. Ainsi, les écoles de Gand étaient bien représentées et très motivées… Juste derrière, les étudiants des écoles secondaires bruxelloises criaient les slogans « Tous ensemble, tous ensemble ! Grève générale ! » et le piquet entier des jeunes de l’Athénée Charles Janssens (ACJ) s’est encore agrandi au fil de la journée. Des étudiants de l’Athénée royal Jean Absil, de l’école Decroly et de Jaqmain étaient aussi bien présents.

EGA et ses sections dans les écoles va continuer les mobilisations au niveau de l’enseignement inférieur. Avec une telle participation de nos membres mais aussi d’étudiants non-organisés, nous savons que cela ne sera pas une difficulté.

Voici la lettre ouverte écrite à l’ACJ par des étudiants soutenus par les Étudiants de Gauche Actifs et qui a été distribuée quelques jours avant la manifestation nationale :

Nous savons que…

Les enseignants ont fait un arrêt de travail ce jeudi 23 octobre dernier et qu’ils vont faire grève et manifester ce jeudi 6 novembre. Pourquoi ? Les retraites des enseignants des enseignants sont menacées. Mais celles de tous les travailleurs aussi. En effet le gouvernement fédéral voudrait allonger le temps où l’on doit travailler jusqu’à 67 ans ! Maintenir jusqu’à cet âge les gens au travail est une aberration quand on sait le nombre de personnes au chômage bat des records en Belgique (surtout parmi la jeunesse). Il n’y a pas que les retraites qui sont aujourd’hui en danger. Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (qui s’occupe principalement de l’Enseignement et de la Culture) a décidé de faire des coupes budgétaires à hauteur de plusieurs centaines de millions d’euros rien que pour les 2 ans qui arrivent ! (140 millions rien que pour l’année 2015) Alors que cela fait 20 ans que l’enseignement est constamment sous-financé. Par contre, ce qui n’a pas diminué c’est le nombre d’étudiants. Au contraire celui-ci n’a fait que grimper. De plus, l’enseignement en Belgique est l’un des plus inégalitaires des pays industrialisés du monde. Donc ce dont notre enseignement a besoin c’est avant tout des investissements publics. Or, maintenant, c’est le chemin contraire qui est pris par les autorités communautaires au détriment des enseignants, de l’ensemble du personnel, des étudiants, des parents, de la qualité de l’éducation et de la société. Mais, comme si ça ne suffisait pas, le gouvernement fédéral compte faire aussi des coupes drastiques dans l’administration, le chemin de fer, l’administration et la santé. Les économies s’élèvent à hauteur de 8 milliards d’euros . Il décide en même temps de mener des politiques d’immigration plus dures, des politiques sécuritaires encore plus répressives et il s’en prend aux droits démocratiques et syndicaux. Au niveau économique et social, le gouvernement s’engage à lutter contre la pauvreté… et en même temps veut geler les salaires et faire un saut d’index (l’index est le mécanisme qui permet l’ajustement des salaires par rapport à l’augmentation des prix) ! Il a décidé de baisser les cotisations sociales venant des entreprises et de donner toute une autre série de cadeaux fiscaux aux grosses sociétés. Le gouvernement compte aussi acheter des avions militaires F-35 qui vont coûter 6 milliards d’euros minimum.

C’est pour cette raison que nous sommes tous concernés. Notre enseignement, notre avenir, nos hôpitaux, notre protection sociale et notre société sont en jeux. À nous de défendre notre démocratie déjà si malmenée, notre droit à un accès aux études supérieures. De plus, nous ne faisons qu’appliquer le projet d’établissement que l’Athénée Charles Janssens s’est fixé : être des citoyens acteurs et critiques du monde dans lequel nous vivons. Et c’est pour cette raison que nous lançons cet appel à l’action et à la participation à la manifestation de ce jeudi 6 novembre. Ce ne sera pas une manifestation ordinaire. Tout le pays sera mobilisé, des gens de toute la Belgique vont venir manifester pour porter de nombreuses revendications. On attend minimum 100 000 personnes. Ce n’est pas la crise pour tout le monde : depuis 2000 la richesse mondiale a doublé. Mais les inégalités sociales ont explosé. Ainsi « entre mars 2013 et mars 2014, le patrimoine cumulé des 85 personnes les plus riches du monde a augmenté de 668 millions de dollars par jour, ou de près d’un demi-million par minute, indique l’organisation Oxfam. Par ailleurs, ces mêmes 85 personnes possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale, rappelle l’ONG dans son rapport consacré aux inégalités économiques à l’échelle de la planète » «Sept personnes sur dix vivent dans un pays dans lequel l’écart entre les riches et les pauvres est plus grand qu’il y a 30 ans, et le nombre de milliardaires dans le monde a plus que doublé depuis la crise financière», constate l’organisation. Or ces inégalités «freinent la croissance économique, augmentent la criminalité et anéantissent les espoirs et les ambitions de milliards de personnes» . Pourtant d’autres politiques sont possibles : une fiscalité plus juste et plus équitable, la nationalisation de secteurs stratégiques de l’économie (comme les banques, l’énergie, etc) avec contrôle démocratique, le non-paiement de la dette publique, l’augmentation des salaires et des minimas sociaux… Alors que « les mesures d’économies », les « sacrifices », la « rigueur », l’austérité et les coupes, ça ne fonctionne pas.

La lutte paie ! Si nous sommes nombreux à nous mobiliser nous pourrons arracher ces victoires. L’action en elle-même consiste à venir à la première de cours et ensuite à 8:50 rendez-vous pour une assemblée générale (où tout le monde est le bienvenu, étudiants et salariés de l’ACJ). Prendra place alors un débat démocratique où on expliquera pourquoi nous faisons grève. Nous proposerons aussi de décider comment nous appliquerons notre solidarité et comment être aux côtés des travailleurs. Nous nous faisons déjà l’écho d’un début de réponse à cette question : il faut participer à la manifestation que les syndicats organisent à Bruxelles. Venez absolument à votre première heure de cours. Ensuite rdv à l’AG. Notre but est de mobiliser les étudiants de l’ACJ de la 3ème à la 6ème en priorité.

RATER DES COURS, CELA NE NOUS INTÉRESSE PAS !

SAUVER NOTRE ENSEIGNEMENT POUR ÉTUDIER DANS DE BONNES CONDITIONS, C’EST POUR CELA QUE NOUS AGISSONS !

Si nous avons signé c’est non seulement pour être plus efficace dans la mobilisation mais aussi parce que nous considérons que nous n’avons pas à nous cacher pour défendre nos idées, notre avenir et pour être solidaires avec les travailleurs de l’ACJ ainsi qu’avec nos proches et la population qui subit une politique injuste, inefficace et cruelle. Nous savons que juridiquement les étudiants n’ont pas le droit de grève. La loi ne reconnait pas ce droit au mouvement étudiant. Nous savons aussi que les lois changent quand les gens se battent justement pour leurs droits et leur liberté.

Print Friendly, PDF & Email