Avec le peuple grec, pour en finir avec l'austérité!

Sol_grece_intro_EGAQuelque 300 manifestants se sont réunis ce samedi 17 janvier pour une manifestation de solidarité avec les luttes sociales qui se déroulent en Grèce et afin de protester contre l’austérité européenne. Cette manifestation voulait aussi réagir face à la véritable campagne de chantage et d’intimidation actuellement orchestrée par l’establishment capitaliste grec et européen dans le cadre des élections générales du 25 janvier prochain. Le parti de gauche Syriza pourrait bien arriver en tête et la possibilité d’un gouvernement de gauche est ouverte. Pour tous les tenants de la maxime selon laquelle « il n’y a pas d’alternative » à l’austérité, cette situation est un cauchemar. Pour tous les jeunes et les travailleurs, par contre, il s’agit d’une opportunité à saisir pour rompre avec la logique dominante en Europe à l’heure actuelle.

La manifestation a essentiellement regroupé des militants d’organisations de gauche et des activistes anti-austérité. Parmi les signataires de l’appel à manifester se trouvaient notamment : AnderEuropa, Initiative de Solidarité avec la Grèce qui résiste, LCR-SAP, JOC, EGA-ALS, Mouvement politique des citoyens, PSL-LSP, Bruxelles Panthères, MOC Bruxelles, Jeunes FGTB; Mouvement VEGA, PTB-PVDA, CADTM, Jeunes anticapitalistes (JAC), Parti Communiste,…

Pour aider les les travailleurs et activistes grecs, ces actions de solidarité sont un premier pas. Mais la meilleure manière de soutenir ce nouveau souffle anti-austérité n’est-elle pas de parvenir, dans notre propre pays, à mettre en échec le gouvernement des riches de Charles Michel ?

Le premier plan d’action du front commun syndical (FGTB, CSC, CGSLB) qui nous a conduit à la grève générale nationale du 15 décembre a fait un carton. Chaque étape fut un succès, qu’importe la région ou le secteur. Ne nous méprenons pas ; si l’enjeu grec concerne toute l’Europe, il en va de même pour notre lutte. Depuis le début de la crise, aucun pays européen n’avait connu de grève générale annoncée deux mois à l’avance et préparée par une manifestation nationale de masse et une tournée de grèves régionales. Balayer par la grève le gouvernement austéritaire qui sévit en pleine capitale européenne, voilà qui frapperait les imaginations partout en Europe. Il nous faut un nouveau plan d’action en front commun syndical, un plan plus dur et plus massif. Rien ne pourrait mieux soutenir les efforts de nos camarades grecs, mais aussi espagnols, irlandais,…

=> [INTERVIEW] Vers un gouvernement Syriza ?

Print Friendly, PDF & Email