Anvers. Petite manifestation de l’extrême droite et contre action de Hart boven Hard

HBH_anversDans un premier temps, la manifestation de PEGIDA à Anvers devait constituer la plus grande mobilisation anti-islam jamais vue dans notre pays. Un rassemblement planifié plus tôt à Lommel avait ainsi été reporté afin d’assurer de réunir le plus de troupes possibles à Anvers. Mais l’événement a progressivement disparu à l’arrière-plan. Au final, PEGIDA a réuni hier bien moins de monde qu’en janvier, où une autre manifestation de PEGIDA avait eu lieu : 400 personnes selon l’extrême droite cette fois-ci contre 600 en janvier. La police en a compté 350.

Cette participation limitée fut source de nervosité et de frustration. C’est ainsi que la devanture d’un magasin a été détruite dans la Lange Koepoortstraat. Il est d’ailleurs très remarquable que le conseil communal d’Anvers a autorisé un tel groupe à occuper la ville en pleine journée de shopping. Quelle bienveillance envers une marche de la haine ! Toutes les manifestations ne sont pas logées à la même enseigne chez De Wever.

Une contre action avait été organisée ailleurs par Hart boven Hard (pendant néerlandophone de Tout Autre Chose). Nous avons soutenu cette initiative, même si nous n’avons pas été des plus enthousiastes quant à la forme qu’a pris cette action. Il n’y a pas eu de contre-manifestation contrairement aux trois derniers rassemblements d’extrême droite en Flandre. Les antifascistes avaient d’ailleurs à chaque fois été plus nombreux. Il n’y a seulement eu hier qu’une action symbolique où des fleurs ont été distribuées au parc Spoor Noord. Ce n’est pas très combattif et le caractère antifasciste ne ressort pas immédiatement, c’est le moins que l’on puisse dire. De plus, la pluie est tombée peu de temps avant le début de l’action, le parc a donc été déserté alors qu’il peut être bondé par temps agréable. Cette action n’a donc au final réuni qu’environ 60 personnes. Il est vrai que les diverses manifestations (de la marche contre la terreur et la haine de la semaine dernière à la manifestation anti-guerre d’aujourd’hui) n’ont pas aidé.

Heureusement toutefois qu’il y a eu une contre action et que des bénévoles n’ont ménagé ni leur temps ni leur énergie pour l’organiser. Un micro ouvert a été organisé à la manière de «Nuit Debout». Cela a permis à tous les participants d’exprimer leurs opinions, ce qui fut très enrichissant. Le premier orateur fut le futur recteur de l’université d’Anvers. D’autres orateurs ont suivi, dont un responsable de notre campagne antifasciste flamande Blokbuster ou encore un membre du Centre antifasciste (Steunpunt Antifascisme) et du Mouvement X. Le texte d’appel à cette action a également été distribué.

Ce n’est pas parce que PEGIDA réunit moins de gens que le danger est passé. Il suffit de jeter un œil sur les médias pour voir que les opinions racistes sont de plus en plus assumées. Les personnes issues de l’immigration ou qui semblent «différentes» peuvent également témoigner de la croissance du racisme. L’extrême droite ne parvient pas encore à se construire avec de grandes mobilisations, mais il n’est pas exclu qu’elle puisse utiliser ces développements au niveau politique, y compris aux élections.

Mobiliser contre l’extrême droite de manière combative restera important à l’avenir, de même que répondre à son discours de division raciste, sexiste et homophobe. Organisons le soutien au combat antiraciste et lions cette lutte à l’opposition aux politiques d’austérité. Le paradis des riches (à Panama ou ailleurs) est construit sur la misère des pauvres. L’extrême droite fait le jeu de l’élite capitaliste en favorisant la division parmi les pauvres.

"Vergeet Pegida" - antiracistische actie // foto's door Liesbeth

Print Friendly, PDF & Email