Action contre Salvini, le VB & Co : un pas en avant vers la renaissance d’un mouvement antifasciste à Anvers

Lundi soir, des centaines d’antifascistes se sont rassemblés sur la place Hendrik Conscience à Anvers pour dénoncer ensemble contre le message de haine et de division de l’extrême droite. Le Vlaams Belang veut se reconstruire à Anvers et, dans cette optique, le parti d’extrême droite avait invité le dirigeant de la Lega italienne, Matteo Salvini. Le VB n’a pas ménagé ses efforts : son comparse italien est arrivé en jet privé tandis que le meeting s’est tenu dans la prestigieuse Nouvelle Bourse louée pour l’occasion. Le VB a beau se prétendre anti-establishment, le terme est assez éloigné de la réalité ! L’ironie d’un parti raciste qui amène un étranger à Anvers en jet privé n’échappera à personne non plus.

Déclaration de Blokbuster

L’action de protestation était combative et de bonne ampleur. La police a parlé de 300 à 350 personnes présentes. C’est beaucoup plus que les actions antifascistes de ces dernières années. Espérons qu’il s’agit là des premiers pas de la renaissance d’un mouvement antifasciste à Anvers. Ce rassemblement a été suivi d’une action des ‘‘Sardines’’, en référence au mouvement italien anti-Salvini, qui s’est tenue sur la place De Coninck.

Les antifascistes représentaient une foule bigarrée où se mêlaient des activistes d’origine italienne criant des slogans en italien tandis que tout le monde apprenait à chanter en cœur le chant de résistance bien connu Bella Ciao. Des slogans ont encore été criés en français et des prises de parole ont eu lieu en espagnol et en anglais. Des activistes kurdes et cachemiris étaient présents aux côtés de militants et de dirigeants syndicaux, de militants politiques de diverses organisations et horizons, de jeunes et de nombreuses personnes non organisées qui voulaient faire quelque chose contre l’extrême droite et le fascisme. L’atmosphère était contagieuse et la confiance est allée grandissante : les slogans ont été criés de plus en plus fort. Un microphone ouvert permis à toutes les personnes qui le souhaitaient de s’exprimer afin de permettre à la discussion d’aborder les différents points de vue et de représenter la diversité du rassemblement.

La manifestation a mis l’accent sur les thématiques sociales. Dans son rapport de l’action, le journal Het Laatste Nieuws a donné la parole à un manifestant d’origine italienne qui a résumé les choses ainsi : ‘‘L’avantage de cette manifestation est qu’elle attire l’attention sur les questions vraiment importantes, telles que les transports publics, le salaire minimum, la pension minimum et les investissements dans la culture. Nous ne sommes pas seulement ici pour dénoncer des choses. » Le racisme et le sexisme nous divisent et nous affaiblissent dans notre combat pour un meilleur avenir. C’est un argument de première importance pour combattre le fascisme.

Un syndicaliste a fait remarquer que ses collègues touchés par les préjugés racistes ne se tournent pas vers le Vlaams Belang pour défendre leurs salaires, leurs emplois et leurs pensions. Ils se tournent vers le syndicat. Si nous voulons les convaincre de se détacher complètement du Vlaams Belang, ce n’est pas à coups de discours moralisateurs, c’est en luttant ensemble pour défendre nos conditions de vie et notre avenir !

Nous pouvons nous appuyer sur l’enthousiasme qu’a suscité cette action antifasciste. C’est malheureusement absolument nécessaire. La politique d’austérité, y compris celle du gouvernement flamand, s’attaque à nos conditions de vie. Parallèlement, les résultats électoraux ont donné des ailes à l’extrême droite pour propager son racisme et sa haine de l’autre. Cette confiance revigorée n’est pas limitée au VB : des groupes à sa marge se font aussi entendre et le nombre d’incidents racistes augmente. Ces dernières semaines seulement, il y a eu l’incendie criminel du futur centre d’asile de Bilzen et le fils d’un ancien parlementaire du VB s’est fait photographier alors qu’il faisait le salut hitlérien à la forteresse de Breendonk. Nous devons nous organiser sérieusement pour briser la confiance de l’extrême droite en montrant que de larges couches de la population refusent sa logique de haine et de division.

Le prochain rendez-vous d’importance aura à nouveau lieu à Anvers. En mars, les étudiants du Vlaams Belang organiseront un défilé qui rassemble traditionnellement toute la flore et la faune de l’extrême droite. Il s’agit d’un événement où les étudiants de droite se mêlent aux ‘‘nazis-à-bières’’ marginaux et à toutes les variantes possibles de la peste brune. Une tradition conséquente de contre-manifestation a été installée. La campagne antifasciste du PSL Blokbuster et les Etudiants de Gauche Actifs (EGA) veulent apporter la plus forte contribution possible à tous ceux qui souhaitent poursuivre sur cette lancée. Ce n’est qu’un début, continuons le combat !

Quelques mots de Geert Cool, porte parole de la campagne Blokbuster

Reportage de la RTBF avec interview d’Aïsha, de la campagne Blokbuster et du PSL

Print Friendly, PDF & Email