6 octobre: participe à la journée nationale d’action pour plus de pouvoir d'achat

 

Envolée des prix de l’énergie, du logement, de la nourriture,…

L’inflation est galopante. Ce sont les dépenses élémentaires des familles, comme l’énergie et les denrées alimentaires qui grimpent le plus. L’existence de la TVA, une taxe antisociale, a pour conséquence que les plus pauvres payent la même taxe sur les produits que les plus riches. Avec un index miné, les salaires n’ont pas suivi les augmentations de prix. Une forte augmentation des salaires est nécessaire.

Les étudiants dépendent en grande partie du salaire de leurs parents. Il y a une forte croissance du nombre d’étudiants qui travaillent, vu l’impossibilité pour la famille d’encore payer les études. Les emplois qui s’ont disponibles pour les jeunes sont le plus souvent des petits boulots ultra-flexibles. EGA défend la revendication d’un salaire étudiant afin que chacun puisse accéder à l’enseignement supérieur et puisse s’y consacrer pleinement.

 

Les riches plus riches

Les patrons et leurs politiciens veulent reporter la crise du capitalisme sur les épaules des travailleurs et des jeunes. D’après Luc Coene, vice-président de la Banque Nationale, “chacun va devoir porter sa part de l’appauvrissement collectif”. Pourtant tout le monde ne subit pas la crise de la même manière.

Avec la politique néolibérale, les riches sont devenus supers riches. Les 30.000 plus grandes entreprises on réalisé un bénéfice de 77 milliards € en 2007. Avec les nombreux cadeaux néolibéraux aux patrons, les super riches sont ceux qui contribuent le moins aux revenus fiscaux de l’Etat.

 

Les caisses sont vides ?

Le gouvernement dit que les caisses sont vides pour pouvoir faire un effort pour le pouvoir d’achat. Il n’y a pas d’argent non plus pour l’enseignement. Le sous-financement public a mit fin à la politique de services sociaux, de restos et de kots bon marché et a entrainé une augmentation des coûts des études depuis les années 80.

Le gouvernement est pourtant prêt à trouver 7,7 milliards d’euros (Fortis et Dexia) pour sauvegarder les intérêts du système financier. Quand on peut faire des profits, les politiciens vendent les entreprises publiques pour une bouchée de pains mais les pertes, elles, sont nationalisées et ainsi portées par la collectivité.

 

Etudiants et travailleurs: tous ensemble pour le pouvoir d’achat !

EGA est solidaire des travailleurs et appelle les étudiants à participer aux actions des semaines et des mois qui viennent pour plus de pouvoir d’achat et pour l’emploi. C’est pour nous la manière la plus efficace de lutter contre la dégradation de nos conditions de vie et l’augmentation du coût des études. La démocratisation et la plus grande accessibilité de l’enseignement a été obtenue par la lutte du mouvement ouvrier.

Les jeunes peuvent apporter leur enthousiasme et leur dynamisme. Mais le mouvement des travailleurs est le seul capable de faire trembler les capitalistes en leur faisant mal dans leurs portefeuilles. Le 6 octobre peut être une journée de grève réussie. Participe avec EGA aux actions du 6 octobre!

 


 

Etudiants de Gauche Actifs défend:

 

  • L’abolition de la TVA sur les produits de première nécessité !
  • Un financement public de l’enseignement à hauteur de 7% du PIB qui permet des services sociaux, des restos et des kots bon marché !
  • Un programme massif de construction de logements sociaux publics de qualité !
  • Plus de pouvoir d’achat par plus de salaire !
  • Des emplois décents, pas de petits boulots précaires !
  • Un salaire étudiant qui rend l’enseignement supérieur accessible aux enfants de travailleurs !
  • Un index qui représente le coût réel de la vie !
  • La liaison des allocations au bien-être !
  • L’abolition des cadeaux néolibéraux aux patrons !
  • Un impôt sur les grandes fortunes !
  • La semaine de travail de 32 heures, avec embauches compensatoires et sans perte de salaire !
  • Les patrons ont sacrifié nos entreprises à leur soif de profits, la collectivité doit contrôler elle même l’économie en nationalisant les secteurs clés comme les secteurs bancaire, énergétique, alimentaire,… pour que ceux-ci soient orientés en fonction des besoins, pas des profits.
  • Une société socialiste sous le contrôle démocratique des organes des travailleurs et de leurs familles !
Print Friendly